dimanche 13 décembre 2009

Conseil Municipal de Bischheim le 14 déc. 2009

La prochaine séance ordinaire et publique du Conseil Municipal se tiendra le :
Lundi 14 décembre 2009
à 19 h 00
dans la grande salle du "CHEVAL BLANC" 2a avenue de Périgueux à BISCHHEIM.
Vous pouvez télécharger l'ordre du jour en cliquant ici

mardi 1 décembre 2009

Le Plan Local d’Urbanisme à Bischheim

La loi a prévu que les communes engagent une démarche de concertation avec les habitants, les acteurs de la vie sociale et économique pour fixer le cadre du développement urbain sur un long terme. La démarche doit intégrer la préservation du patrimoine, le développement durable, la mixité sociale, le plan de déplacement, les activités commerciales, artisanales, industrielles.

Pour Bischheim, le défi est majeur car au fil des années la municipalité a empilé des projets sans réfléchir réellement à l’identité de la Ville.

Nous avons depuis 2001 dénoncé l’absence d’un Centre ville animé et structurant, des opérations immobilières qui ont détruit le tissu urbain, des projets de requalification et de rénovation sans aucune concertation avec les habitants.

L’échec le plus flagrant est celui du réaménagement de la Route de Bischwiller et l’absence totale de réflexion sur les déplacements en vélo et en bus.

C’est pour ces raisons que nous invitons le plus grand nombre d’habitants à participer à la réunion publique sur le Plan Local d’Urbanisme

le 10 décembre 2009 à 19h00
à la Salle St Laurent.



Richard Sancho Andreo
Conseiller Municipal

lundi 23 novembre 2009

Conseil Municipal le 26 novembre 2009

La prochaine séance ordinaire et publique du Conseil Municipal se tiendra le :
Jeudi 26 novembre 2009
à 19 h 00
dans la grande salle du "CHEVAL BLANC" 2a avenue de Périgueux à BISCHHEIM.
Vous pouvez télécharger l'ordre du jour en cliquant ici

dimanche 15 novembre 2009

25 nov. manifestation du MFPF




Journée internationale pour l’élimination

de la violence envers les femmes

25 novembre 2009





Rendez-vous devant le Planning Familial 13 rue du 22 novembre 67000 Strasbourg le mercredi 25 novembre à 15h30 pour un rassemblement et une sensibilisation des passants à la question des violences faites aux femmes.


Nous serons avec les associations de notre réseau contre les violences : Home Protestant, SOS femmes solidarité, Flora Tristan, Le Nid, Regain
Venez nombreux et diffusez le message.

A très bientôt

Pour l’équipe du Planning Familial
Nicole Greib

lundi 26 octobre 2009

Conseil Municipal le 29 octobre 2009

La prochaine séance ordinaire et publique du Conseil Municipal se tiendra le :
Jeudi 29 octobre 2009
à 19 h 00
dans la grande salle du "CHEVAL BLANC" 2a avenue de Périgueux à BISCHHEIM.

Vous pouvez télécharger l'ordre du jour en cliquant ici .

lundi 5 octobre 2009

Match de bienfaisance organisé par le FC Soleil en faveur d'un jeune victime d'un accident grave








Suite à l'accident grave d'un des joueurs de leur équipe, le Club de foot FC Soleil,  a organisé ce dimanche un match de bienfaisance en sa faveur ainsi qu'à sa famille. 
Le public était nombreux à assister au match entre son équipe, les U17 de Soleil Bischheim face à l'équipe FC Koenig Reiminger. Mais ils étaient surtout là pour marquer leur soutien et solidarité à Mathieu Chatelar  ainsi qu'à ses parents. L'équipe du FC Soleil ainsi que des dirigeants et bénévoles du club portaient à cette occasion le maillot de l'équipe floqué du N° 3. 

Zoubida NAILI 

jeudi 1 octobre 2009

Subventions, Intervention de Gérard SCHANN au Conseil Municipal du 24/09/09

Comme l'a dit le premier adjoint, chaque année nous sommes amenés à nous prononcer sur des subventions pour le fonctionnement des trois équipes phares du football bischheimois, à savoir l'équipe 1 senior masculine du CS Mars, l'équipe 1 senior masculine du FC Soleil et l'équipe 1 senior féminine du FC Mars. Je le souligne car il s'agit bien des équipes et non des associations dans leur ensemble, ce qui nuance largement la question de l'apport social. On ne parle pas de l'ensemble des clubs, on parle de l'équipe 1.Quand j'ai lu cette délibération j'avais le sentiment de déjà vu. On nous refait un coup qu'on nous avait fait, pour ceux qui étaient ici à l'époque, en 2004 où j'avais dit, je cite: « chaque année est visiblement une année exceptionnelle qui permet de déroger aux règles ».Le collègue Diebold avait d'ailleurs fait des interventions particulièrement pertinentes, et je ne doute pas qu'il les refasse ce soir. Pour ce qui figure dans les délibérations, on nous raconte des histoires. Ce n'est qu'un habillage habile de pratiques beaucoup moins avouables. Trois points dans ces délibérations sont importants et en faisant un peu d'histoire récente de ces clubs je vais vous les exposer.

1.Il y a quelques années le CS Mars évoluait en championnat de France amateurs. Quel joli nom « amateurs »!Plus précisément en CFA 2, c'est à dire l'équivalent du cinquième niveau dans la hiérarchie du foot français. A l'époque ils touchaient une subvention de 50000€, pour faire face aux dépenses liées à la pratique du football à ce niveau. En CFA2, je le rappelle, on se déplace, pour ceux qui ne connaissent pas le foot, dans une aire géographique correspondant en gros au quart nord-est des la France: Belfort, Besançon, Auxerres, Lille, etc...Malheureusement le CS Mars ne s'est pas maintenu en championnat de France, il a été rétrogradé sportivement au niveau en dessous qui correspond à la division d'honneur et qui est le plus haut niveau régional. Les déplacements se font sur l'Alsace, en gros de Saint Louis à Sarres-Union. Il avait été demandé de garder exceptionnellement une subvention de 25000€ afin de permettre au club de répondre aux engagements pris et de se rétablir dans la hiérarchie. Cela ne vous rappelle pas quelque chose dans la délibération d'aujourd'hui? Alors que la règle fixée à l'époque était de 10000€ pour un club en division d'honneur. Puis les années suivantes, ce maintien qui était exceptionnel est devenu habituel: de 10000 on est quand même passé à 12000, mais l'ensemble des subventions était toujours 25000, tout en restant exceptionnel. On nous disait qu'elle serait ramenée, dans les années suivantes à 12000 si le club restait en DH. Je cite le procès verbal de la séance du 25 novembre 2004. On nous a dit que c'était exceptionnel et qu'elles seraient ramenées à 12000 les années suivantes. La saison dernière le club est redescendu d'un niveau et se trouve maintenant en excellence qui est le niveau départemental. Les déplacements se limitent maintenant aux départements du Bas-Rhin et on nous demande de verser la même subvention que l'année dernière. Donc si vous m'avez bien suivi, la moitié de la subvention de ce que l'équipe touchait, je parle bien de l'équipe et pas de l'association, quand elle se déplaçait dans le quart nord-est de la France alors maintenant elle va jouer au Neuhof, à Illkirch, à Vauban, ça fait cher du ticket de tram.

2. Il y a 2 ans le CS Mars évoluait en division d'honneur régional et le FC Soleil en excellence, donc au niveau départemental. A l'époque il y avait un traitement différencié et de mémoire le CS Mars touchait 25000€ en division d'honneur et le FC Soleil 9000€ au niveau départemental. Maintenant les choses étant inversées, je ne vois pas pourquoi le CS Mars a le même traitement que le FC Soleil pour cette année alors que le barème pour le FC Soleil qui touchait 9000 était de 7500. On a fait les mêmes exceptions.

3. L'équipe féminine du CS Mars joue en championnat de France, 2ème division et se déplace sur la quasi-totalité du territoire national: Toulouse, Albi, Arpajon, j'ai regardé un peu, ce sont des déplacements assez conséquents, et doit se contenter de 9000€. On va vous expliquer qu'il y a des subventions venant d'ailleurs. En 2004 on nous les exposait ces subventions, je constate qu'on ne nous les expose plus. Heureusement qu'il y a ces subventions fédérales. Pour mémoire en 2004 l'équipe féminine avait déjà les 9000€.

Pour ma part moi je fais une autre lecture de ces chiffres qu'on nous fourni, une autre lecture que celle qui est inscrite dans la délibération et tant pis s'il faut mettre les pieds dans le plat. Allons-y: C'est un secret de polichinelle que dans le football amateur il y a pas mal d'argent qui atterrit dans les poches des joueurs. Prime à la signature, prime de match, et j'en passe. Il serait surprenant que les clubs bischheimois évoluant à ce niveau fassent figure d'exception. On verra bien si on démenti mes propos. De toute manière pour se maintenir à leur niveau, ils n'ont guère le choix. C'est un système qui s'est mis en place avec la complicité passive des instances sportives du football, de la fédération et de la ligue régionale. A partir de là, avec les éléments historiques que je vous ai fourni, j'en déduis que cet argent sert aussi à la rémunération des joueurs. A quelle hauteur? me demanderez vous? Je n'en sais rien, nous n'avons aucun élément, nous n'avons pas d'élément chiffré du tout d'ailleurs. Mais pour vous faire une idée il suffit de rapprocher 2 chiffres: 25000€ versés aux équipes masculines et les 9000€ versés à l'équipe féminine où, d'après ce que j'y connais, le niveau des primes, si tant est qu'elles existent chez les féminines, n'a de loin pas atteint le niveau du football masculin. Là où une équipe féminine joue et se déplace sur toute la France avec 9000€, il faut 25000€ à une équipe masculine pour jouer et se déplacer dans le Bas-Rhin ou en Alsace. 25000 moins 9000 ça fait 16000€ et je pense qu'on est pas si éloignés que ça des chiffres des primes .Peut-être que ces chiffres sont inexactes. Il y a un seul moyen de le démontrer. Il consiste à jouer carte sur table dans la transparence et de nous les fournir. Je pourrai peut-être même être d'accord qu'il faille utiliser ces sommes. Mais dans ce cas là nous sommes dans l'opacité totale et dans l'hypocrisie absolue et tout le monde le sait. On parle et on se scandalise facilement des pratiques du foot professionnel, mais le foot amateur , dans sa quasi- totalité et au niveau qui est le sien n'a rien à envier aux pratiques du sport professionnel. Ceci, je le répète, avec la complicité des instances. Où sont les vraies raisons des entorses permanentes aux règles avancées, c'est la question que j'avais posée en 2004. Je n'ai pas eu de réponse dans les 5 années écoulées, j'essaie donc avec les éléments dont je dispose de les apporter moi-même. Je refuse pour ma part que notre collectivité continue aussi largement à participer à sa façon à cette hypocrisie .Mesdames et Messieurs, chers collègues, voter en faveur de ces subventions c'est cautionner ce système dont, je le répète, les clubs sont autant victimes qu'acteurs.

après l'intervention de J-L HOERLE ...

Je souhaite quand même répondre, je passerai sur le fait de faire parler des morts, c'est pas très grave. Monsieur le premier adjoint vous nous faites un beau discours mais pour tourner autour du pot. Vous tournez autour de la vraie question, vous l'avez vous-même posée. Vous dites que ces sommes correspondent à des besoins, vous ne dites pas lesquels. Il ne s'agit pas de l'association Mars Bischheim, il ne s'agit pas de l'association Football Club Soleil, il s'agit bien des équipes premières et du fonctionnement des équipes premières et vous mélangez tout, habilement d'ailleurs, en nous reprochant de ne pas soutenir les associations. Si, nous soutenons, et si même nous avons fait des promesses c'est par rapport au fonctionnement d'une association, pas d'une équipe première. J'ai aussi le PV de l'année dernière. Permettez moi de citer une phrase que vous avez citée: pour arbitrer un match, vous parlez du coût des arbitres, entre Schiltigheim et Bischheim on fait venir d'assez loin, ce n'est pas le cas dans la division inférieure. Hors cette année nous sommes dans la division inférieure. Vous avez bien défendu votre position mais vous n'avez pas répondu à la question de fond qui est posée: à quoi sert cet argent pour les équipes 1? C'est la seule question qui pour moi vaille, je l'ai posée il y a 5 ans, je n'ai pas eu de réponse, je la repose ce soir. A priori je n'aurai pas de réponse, donc je suis bien obligé de me forger ma propre réponse. Ce n'est absolument pas une attaque contre les associations ni les clubs sportifs mais sur une méthode d'utilisation de l'argent public.


Gérard SCHANN Conseiller Municipal.

dimanche 13 septembre 2009

Conseil Municipal le 24 septembre 2009

La prochaine séance ordinaire et publique du Conseil Municipal se tiendra le :
Jeudi 24 septembre 2009
à 19 h 00
dans la grande salle du "CHEVAL BLANC" 2a avenue de Périgueux à BISCHHEIM.

Vous pouvez télécharger l'ordre du jour en cliquant ici .

Cahiers de Bischheim septembre 2009

Des emplois pour les habitants de Bischheim

La crise économique et financière n’est pas seulement un épisode de quelques mois. Elle est ressentie par de nombreux citoyens comme une crise permanente avec l’augmentation des emplois précaires, les contrats à durée déterminée, les grandes difficultés, y compris pour les jeunes diplômés, de trouver un premier travail.

Les habitants de Bischheim, de part sa composition sociale, sont particulièrement touchés, et encore plus dans les quartiers populaires. La Communauté Urbaine de Strasbourg va engager une étude pour consolider le dynamisme du commerce de proximité : l’artisanat, le commerce et les services.

Si le dernier recensement de 2006 confirme l’augmentation de la population de Bischheim, qui passe de 17000 habitants à 18000 habitants, il confirme malheureusement la baisse des emplois de proximité directement disponibles sur la commune.

Le développement économique est aujourd’hui un enjeu considérable car il doit concilier la proximité, la formation des jeunes, l’application des normes durables et garantir des salaires justes.

Nous saluons le travail engagé par la CUS, les élu(e)s et les services, pour doter les communes d’outils performants pour soutenir la vie commerciale et économique.

L’école : une priorité

Le groupe des élu(e)s PS-Verts a une position constante : que les écoles de Bischheim soient à la pointe de la réussite éducative. Nous voulons toujours mieux et plus. Si la rentrée des classes s’est plutôt bien passée à Bischheim, nous sommes toujours sur la brèche sur les tarifs et l’organisation de la restauration scolaire et les menaces sur la réduction du nombre d’enseignants et des équipes spécialisées dans le cadre de la politique néfaste du Gouvernement.

Le pot de fer contre le pot de terre : le restaurant au Bœuf Rouge

Nous observons depuis des années à Bischheim que la concertation, le dialogue, la médiation sont très souvent absents quand un conflit, une difficulté surgie entre les citoyens et la Mairie. Les élu(e)s socialistes et Verts sont intervenus lors du dernier conseil municipal en juillet 2009 pour s’étonner qu’aucun soutien ne soit apporté à la restauratrice du Restaurant « Au Bœuf Rouge », acculée à quitter son local suite à la décision du propriétaire de le transformer en appartement. Nous avions soulevé que dans une période de crise, la fermeture d’un commerce de proximité depuis 1934 qui marche et remplit une mission sociale était une aberration. La réponse de la mairie a été de dire que cela était un problème d’ordre privé ! Quand il en va de la préservation du commerce de proximité et du maintien de lieux de rencontre, nous persistons à penser qu’il s’ agit d’un problème d’ordre public.

Groupe des élu(e)s PS-Verts « Changer Bischheim »
Nicolas Bouyer, Brigitte Beyhurst, Zoubida Naïli, Annie Romilly, Richard Sancho Andreo, Gérard Schann, Gérard Schimmer.

Le dimanche à Bischheim, c'est pour vivre ensemble.

jeudi 3 septembre 2009

L’évacuation de Bischheim le 3 septembre 1939

Le 3 septembre 1939, il y a soixante dix ans, l’ordre d’évacuation de près de 600000 alsaciens était ordonné. Les habitants de Bischheim furent évacués en Dordogne. Cet épisode tragique et unique de notre Ville est aujourd’hui peu connu. Les habitants vivants peuvent encore témoigner des conditions de vie, des difficultés rencontrées mais aussi de l’accueil des français de l’intérieur.

Parler aux jeunes générations, témoigner de cette période de l’histoire de notre Ville est plus que jamais nécessaire et important. Au fil des années d’autres drames ont aussi marqué les esprits. Faire œuvre de mémoire, ce n’est pas seulement relater des faits ; c’est les resituer dans une évolution sociale, politique et culturelle du Monde. C’est aussi accueillir ceux et celles qui aujourd’hui fuient encore des guerres, des persécutions, des violations des droits de l’Homme et qui subissent de plein fouet la politique discriminatoire mise en œuvre par le Président SARKOZY et son gouvernement.

Soixante dix ans plus tard, le combat continue pour que l’hospitalité et l’accueil de l’étranger soient au cœur de notre projet de société.

Richard Sancho Andreo

lundi 20 juillet 2009

Calendrier des séances du Conseil Municipal de BISCHHEIM

Dates des prochaines séances du Conseil Municipal pour le 2ème semestre 2009 :

  • jeudi 24 septembre 2009
  • jeudi 29 octobre 2009
  • jeudi 26 novembre 2009
  • lundi 14 décembre 2009

mercredi 24 juin 2009

Conseil Municipal le 2 juillet 2009

La prochaine séance ordinaire et publique du Conseil Municipal se tiendra le :
Jeudi 2 juillet 2009
à 19 h 00
dans la grande salle du "CHEVAL BLANC" 2a avenue de Périgueux à BISCHHEIM.

Vous pouvez télécharger l'ordre du jour en cliquant ici .

Cercle du silence le 30 juin 2009

Le prochain cercle de silence de Strasbourg qui se tiendra le

30 juin 2009, de 18 à 19 heures

Place Kléber

sera dédié aux avocats qui dénoncent la restriction des droits de recours effectifs des étrangers en situation irrégulière et les menaces pesant sur ceux qui leur apportent leur aide.



"Nous, avocats, acteurs en première ligne de la défense des étrangers, nous nous interrogeons aujourd’hui : quels droits restent-ils aux étrangers ?

La tendance de ces dernières années a été de restreindre au maximum les droits accordés à cette population déjà fragilisée par la précarité de sa situation. Les réformes législatives successives n’ont eu de cesse de limiter les cas de régularisation de séjour. La mise en place de l’Obligation de Quitter le Territoire Français a réduit les délais de recours et a institué un contentieux complexe qui rompt l’égalité de traitement entre les étrangers et les autres requérants en droit administratif.

Cette rupture d’égalité risque d’être accentuée dans la mesure où il est envisagé de créer une juridiction spéciale qui ne traiterait que du droit des étrangers. La politique actuelle isole davantage les étrangers en tentant de faire le vide autour d’eux.

La CIMADE, qui leur apporte un soutien psychologique et juridique, lorsqu’ils sont placés en rétention, risque de disparaître et d’être remplacée par des associations fantoches. Seule la mobilisation des associations et de leurs avocats a permis, pour l’instant, le maintien de la CIMADE dans les centres de rétention, le juge saisi de leur recours considérant que l’attribution des marchés par le Ministère, ne respectait pas le droit des étrangers d’avoir accès à un recours effectif tel que prévu par la loi.

La mobilisation de tous doit se poursuivre pour empêcher par exemple que le gouvernement ne décide de faire disparaître de la loi ce droit au recours effectif pour les étrangers en rétention administrative.

Les aidants sont poursuivis ou inquiétés par la justice. Le GISTI fait l’objet d’une campagne de discrédit. Le climat de suspicion générale, la diabolisation de ceux qui oeuvrent pour faire respecter les droits humains des personnes en situation irrégulière a pu conduire à ce qu’une consœur du Barreau de Nice voit une plainte déposée contre elle pour diffamation pour des propos tenus au cours d’une plaidoirie où elle a osé comparer les méthodes de la Préfecture avec celles de la Gestapo. Il est indispensable de continuer à dénoncer les dérives de cette politique de lutte contre l’immigration qui s’assimile à une chasse aux sorcières où les aidants deviennent des criminels.

Nous plaidons pour que cesse cette dérive législative et populiste qui détruit des vies sous le prétexte de satisfaire des objectifs chiffrés" Syndicat des Avocats de France – Section Strasbourg – Présidente : Maître Nohra BOUKARA

Il y un an, à l'initiative de Médecins du Monde Alsace et de Parole Sans Frontière, le corps médical avait rejoint le cercle de silence pour dénoncer la banalisation de la violence faite aux étrangers démunis de papiers en déplorant "l'approche comptable des expulsions du territoire créant une véritable ambiance de chasse à l'homme et des pratiques inhumaines sans aucune prise compte des situations individuelles. La peur et l'insécurité envahissent la vie quotidienne de familles entières éberluées de subir dans le pays où elles comptaient trouver refuge la violence des pays qu'elles ont fuis".

Force est de constater que de nombreux professionnels voient leur pratique mise à mal par une politique mortifiante, voire mortifère, à l'égard des personnes démunies de papiers qui demandent leur aide.

lundi 22 juin 2009

"Fête de la Musique à Bischheim"

Vous avez dit "Fête de la Musique à Bischheim" ?


Difficile de s’y retrouver d’une année sur l’autre à Bischheim pour la Fête de la Musique. Cette année par exemple, il y avait trois concerts ! Tous au centre ville, au même endroit : le parvis de l’Eglise protestante, trois soirs de suite le mardi 16, le mercredi 17 et jeudi 18 juin, avec les mêmes musiciens et un seul Chef, Monsieur Aimé Bastian. Le confort n’était pas au rendez-vous sur la pente du parvis et sur des bancs, mais heureusement la météo était au rendez-vous.

A cette offre très centrale, il a fallu rajouter le vendredi 19 juin, la soirée au Forum des associations en présence des officiels et des responsables associatifs, faute d’habitants et la soirée de la Musique à la Voûte étoilée. Et le lendemain, une nouvelle manifestation populaire au traditionnel Bal des pompiers. Bref une semaine très dense, à laquelle, il s’est rajouté cette année, la Fête de l’école de Danse à la salle des fêtes de Schiltigheim.

Toutes ces manifestations méritaient un traitement approprié pour inviter tous les habitants : pas d’affiche commune ; des dépliants reçus une semaine avant. Plus grave : la politique d’animation de la Ville de Bischheim part à la dérive. Chacun fait ce qu’il veut !

Le directeur de l’Ecole de Musique qui interdit toute manifestation le 21 juin. L’Association Dynamique des professionnels qui annule le pique-nique musical le 21 juin au Parc Wodli. (Nous étions d’ailleurs un certain nombre à nous retrouver au Parc Delibes à Schillick). Ne revenons pas sur le Messti et sa perte de vitalité, le traitement fait aux Forains, les problèmes de calendrier avec la Ville de Hoenheim…

Heureusement que les associations ont encore des ressources, tel le FC Soleil où plein de monde se pressait à une belle soirée musicale et conviviale le 21 juin après leur tournoi de pétanque ou les Pompiers qui année après année organise une Fête sympathique et ouverte à tout le monde.


Dans ce programme débridé, les élus de l’opposition ont essayé d’être présents partout et de soutenir toutes les initiatives.


Richard Sancho Andreo
Conseiller Municipal

vendredi 19 juin 2009

Manif contre le CGO

une manif contre le GCO à laquelle OBJECTIF CLIMAT s'associe.

Ce sera ce samedi 20 juin à Strasbourg.

Départ devant l'hôtel de région, place du Wacken à 14h30.



Des centaines de cyclistes sont attendus.

Plus nous serons nombreux, plus nous aurons de chances de faire plier l'Etat qui promeut ce projet d'une autre époque.


La catastrophe écologique ?

Pas de panique, le gouverne-ment grenouille l’environnement et décide d’un moratoire sur les projets autoroutiers. Mais la crise déboule et, broum, il « relance » des projets ineptes dont le GCO. Bien qu’ici personne n’en veuille, que toutes les études démontrent que cette autouroute à péage est inutile et nuisible, les fossiles de l’état, de la région et du département en rêvent depuis plus de 30 ans... Ne nous laissons pas rouler dessus ! Rendez-vous le samedi 20 juin à 14 h 30 place du Wacken.


Le grand contournement ouest (GCO) de l’agglomération strasbourgeoise est un projet d’autoroute à péage — mais qui voudra payer ? — de 24 kilomètres. Il a été conçu dans les années 70, quand le pétrole était quasi gratos et les ravages de la pollution méconnus. Il coûterait 400 millions d’euros.

Contre bouchons et camions, le GCO est bidon !

Le GCO ne soulagera jamais l’A35, dont il ne captera que 4,6 % du trafic... Il ne réduira pas plus les encombrements à Strasbourg. La conclusion de l’enquête publique est claire : « le désengorgement n’est ni l’enjeu, ni l’objectif du GCO » ! C’est pourtant l’argument « béton » de ses partisans...

Si le GCO était construit, en contradiction avec le moratoire sur les autoroutes promis au « grenelle » de l’environnement :
* il encouragerait le trafic routier, dont le transport de marchandises, champion de la pollution ;
* il détruirait 400 ha d’excellentes terres agricoles ;
* il diminuerait la biodiversité, dans une campagne où flore et faune sont déjà fragiles (grand hamster d’Alsace, crapaud vert, etc.).


Et si cet argent était utilisé autrement ?


De nombreuses solutions existent, qui créeraient plus d’activité économique et plus d’emplois, et pour longtemps :
* développement des transports collectifs (TER et cars plus fréquents et moins chers, couloirs réservés aux cars et au covoiturage, trams-trains, parking-relais hors des bouchons...) ;
* des transports doux en complément (pistes cyclables entre tous les villages, parkings à vélo sûrs et gratuits dans les gares et les stations de tram-train, remorques derrières les cars...) ;
arrêt de l’étalement urbain et densification de la ville, en favorisant les éco-quartiers agréables (pour limiter les déplacements) ; transport de marchandises par rail ou voie navigable et diminution des échanges lointains (pour favoriser l’économie locale au lieu du yaourt de 9000 km...).


Qui est pour le GCO ? qui est contre ?


Strasbourg et les Alsaciens ne veulent pas du GCO : l’enquête publique a recueilli une majorité écrasante (84 %) d’avis contre ! Seul l’État et ses services, qui ne savent construire que des routes, sont pour. Ainsi que la région et le département, dont les dirigeants pensent plus aux élections qu’aux intérêts à long terme des électeurs...
Cette vélorution est co-organisée par : le collectif GCO non merci — qui rassemble 20 communes, 3 communautés de communes, des agriculteurs, de nombreux élus, des citoyens, y compris des automobilistes qui en ont marre des bouchons, Alsace nature, etc. —, la CREP, Greenpeace Strasbourg, Vélostation, Campus vert et Objectif Climat.

GCO y es-tu ? Que fais-tu ?

Dans les DNA du 16 mars 2009 : « Le projet de grand contournement ouest [...] a obtenu sa déclaration d’utilité publique en janvier dernier [...]. Onze mois plus tard, François Fillon a annoncé que le projet allait être relancé. Le chantier ne devrait pas débuter avant 2010 pour une mise en service en 2013 ou 2014, sauf retard supplémentaire. Plusieurs recours ont été déposés devant le Conseil d’État. »

C’est donc bien maintenant qu’il faut se mobiliser face aux promotteurs du GCO. Ils ne faibliront pas pour nous l’imposer, même si aucun ne veut vraiment payer pour ce projet. C’est le moment de faiblesse où lui asséner un coup décisif

dimanche 14 juin 2009

Cahiers de Bischheim juin 2009

Les résultats des élections européennes à Bischheim

Les résultats des élections européennes à Bischheim se sont caractérisés comme au niveau national par une forte progression des VERTS et de leur liste l’Europe Ecologie (17,17) et un vote des Socialistes, liste Changer l’Europe maintenant (20,99%) au-dessus des scores nationaux. Au total, les électeurs de Bischheim ont placé, en votes cumulés, les Socialistes et les VERTS en tête dans les 8 bureaux de vote de la Ville de Bischheim pour la première fois depuis de très nombreuses années et confirment les résultats des élections municipales de 2008. Pour rappel la liste de l’UMP à Bischheim recueille 28,16% des suffrages, très loin des résultats des municipales et des résultats alsaciens. Les élus PS-VERTS de Bischheim sont conscients des fortes attentes des habitants pour la mise en œuvre d’une véritable politique écologique et sociale. Les résultats des élections européennes sont un message fort apporté à la municipalité UMP par les électeurs socialistes et verts et aussi par tous les électeurs de la Gauche majoritaire après ce scrutin à Bischheim.

Une Ville pour les habitants

Les prochains mois seront déterminants pour notre Ville avec la mise en route du nouveau plan d’urbanisme : le Plan Local d’Urbanisme. Nous attendons de la municipalité une présentation transparente et complète de tous les projets. En attendant nous demandons le gel de tous les projets qui n’ont pas recueilli l’avis des habitants. Il en va du respect des électeurs. Nous exigeons le respect du patrimoine du centre Ville (la maison alsacienne, rue de l’Eglise, la rue de Waldteufel…), la préservation des espaces naturels et des jardins familiaux, la fin des opérations immobilières privées sans aucune contrepartie sociale.

La concertation engagée au Quartier des écrivains est un exemple à suivre et à concrétiser. Les habitants n’ont pas seulement besoin de réaménagement d’espaces floraux qui ont besoin d’entretien mais ils réclament des lieux de rencontre, des commerces, des activités pour les enfants et les jeunes. Le Groupe des élus PS-Verts ne peut pas se satisfaire des activités reconduites année après année, sans une réelle réflexion sur les besoins des familles qui n’ont pas les moyens de payer les activités de culture et loisirs pour les enfants.

Il ne suffit pas d’avoir des locaux jeunes, souvent fermés, ou des associations instrumentalisées pour avoir une politique de la jeunesse. Les attentes sont énormes et il faut y répondre pour ne pas désespérer les habitants.

Vous pouvez compter sur la détermination des élus PS et VERTS !

Groupe des élus PS-Verts « Changer Bischheim »

Nicolas Bouyer, Brigitte Beyhurst, Zoubida Naïli, Annie Romilly, Richard Sancho Andreo, Gérard Schann, Gérard Schimmer.

lundi 8 juin 2009

Résultats des élections européennes du 7 juin 2009 à Bischheim

par bureau de vote



Communiqué de presse des élus PS-VERTS de Bischheim

Avec la forte progression des Verts (17, 17%) et un score des socialistes au-dessus des résultats nationaux (21%), les VERTS ( en tête dans les bureaux 1, 2 et 3) et le PS (en tête dans les bureaux 4, 5, 6, 7 et 8) en voix cumulées sont devant l’UMP dans les 8 bureaux de vote de la Ville de Bischheim.
Le total PS (676 voix) + VERTS (553 voix) soit 1229 voix devance l’UMP (907 voix).

Ce vote est historique et il traduit une évolution de la sociologie politique de la Ville, car le total des voix de Gauche nous ramène au score des municipales avec l’UMP réduit par le vote du FN (9,62% des voix) et la déroute de BAYROU ( 8,54% des voix). L’UMP bischhemoise est isolée et incapable de rebondir sur les attentes des habitants.






vendredi 29 mai 2009

Au sujet du PLU à BISCHHEIM

Monsieur le Maire, chers collègues,

Cette délibération s’impose à nous car le législateur impose des règles pour que les communes, les intercommunalités, et au-delà le schéma de cohérence territoriale de Strasbourg, se dotent d’outils de développement en intégrant lé développement durable, l’accessibilité des transports en commun pour tous, la mixité sociale et un urbanisme facilitant le lien social et le mieux vivre ensemble.

La démarche de concertation proposée ce soir, certes rare à Bischheim, ne peut être que soutenue. Permettez-nous d’être encore ce soir, dans l’attente et la vigilance. Un an après les élections municipales, nous n’avons encore rien vu de bien consistant. Monsieur Fabien WEISS a sûrement beaucoup arpenté la commune et discuté sur tel ou tel projet, mais pour l’instant le changement n’est pas au rendez-vous.

Notre doute s’installe quand nous observons que des objectifs énoncés dans cette délibération sont mis à mal depuis les élections :
Le patrimoine du centre ville n’a toujours pas fait l’objet de mesures conservatoires. Les démolitions se poursuivent ; la préservation des maisons alsaciennes n’est pas une priorité : rue nationale, en face de l’Eglise protestante, une maison à colombages a été de nouveau crépie.
Les commerces continuent de fermer ; les derniers sont des agences immobilières ; des vitrines restent vides. Un de nos restaurant emblématique, le Bœuf Rouge, ouvert en 1934 ; restaurant sur la place du marché et avec de la clientèle, va fermer parce que ses propriétaires le destinent à un appartement. La rue Nationale est devenue l’ombre d’elle-même.

Votre décision de ne pas construire des logements sociaux, a écarté Bischheim dès maintenant d’intégrer un projet d’éco-quartier ; qui est renvoyé à l’horizon 2020.

Monsieur le Maire, les orientations présentées ce soir, sont un catalogue pour masquer les difficultés accumulées par notre ville et que nous n’avons cessé de dénoncer depuis que Gérard Schann, Zoubida Naïli et moi-même nous sommes conseillers municipaux. Ce sont nos collègues de gauche en 1977 qui par leur combat avait évité la traversée de la ville par une route.
C’est l’équipe de Raphaël Nisand qui a été motrice pour l’action entreprise au quartier des écrivains.

C’est Hoenheim qui nous impose le non-aménagement du quartier Ouest. Nous avons perdu avec la médiathèque Nord un équipement structurant et nous avons du mal à nous affirmer entre Schiltigheim et Hoenheim.

C’est ce débat de fond que nous attendons : quelle sera l’identité de notre Ville pour les 30 prochaines années, que voulons-nous laisser à nos enfants ? Et ce débat nous le voulons ouvert or ce soir vous avez avec vos objectifs tout bouclé !

Un débat avec des urbanistes, des sociologues, des historiens pour établir un diagnostic transparent et objectif, même s’il remet en cause des choix du passé ; un concours d’idées ; des formations pour les habitants pour qu’ils comprennent les enjeux et surtout des actes dès maintenant. Ne laissons pas à plus tard ce qui peut être réalisé dès aujourd’hui.


Intervention de Richard Sancho Andreo
Conseiller Municipal

au Conseil Municipal du 28 mai 2009

Pour les associations

Intervention de Gérard SCHIMMER, Conseiller Municipal PS, à la séance du Conseil du 30 avril 2009 et la réponse du 1er adjoint ...


AMENAGEMENT DES LOCAUX FESTIVITES

Monsieur Jean-Louis HOERLE, Adjoint au Maire, expose:
Le hangar de stockage du matériel des festivités est situé au n° 1 rue du Guirbaden sur le site des Ateliers Municipaux. Plusieurs associations y occupent déjà des locaux. Une surface de 270 m2 servant de garage et de stockage divers, ouverte sur l’extérieur, est disponible pour le présent projet.
Vu la répartition des lieux de stockage sur différents sites de la Ville, cela pose des problèmes de gestion, d’entretien et de maintenance.
Afin de pouvoir rassembler ce matériel sur un même site, le projet prévoit de fermer la surface libre pour une question de sécurité. Il s’agira d’y aménager un bureau et des vestiaires pour les agents de la logistique du Service Festivités. Afin de bénéficier d’une surface de stockage suffisante, une plate-forme de stockage à mi-hauteur sur la quasi-totalité de la surface s’avère nécessaire.
L’estimation prévisionnelle de l’opération est de 175 000 € TTC.
Le Comité Directeur et la Commission des Finances ont émis un avis favorable.
Je vous prie de bien vouloir adopter la délibération suivante:
Le Conseil Municipal, après en avoir délibéré, approuve le projet d’aménagement des locaux associatifs décrits ci-dessus pour un montant prévisionnel de 175 000 € TTC, autorise Monsieur le Maire à solliciter les éventuelles autorisations exigées par le Code de l’Urbanisme et le Code de
la Construction et de l’Habitation, autorise Monsieur le Maire à solliciter les éventuelles subventions qui peuvent être allouées, charge le Maire de prendre toute décision concernant la préparation, la passation, l’exécution et le règlement des marchés d’études, de travaux et de fournitures liés au présent projet et pouvant être passés selon la procédure adaptée et qui constitue celle des marchés passés sans formalités préalables au sens de la loi MURCEF.

M. HOERLE:
C’est un peu dans la continuité puisque vous savez qu’au fond des ateliers municipaux, il y a un hangar occupé par un certain nombre d’associations. Il abritait les anciens chars qui ne sont plus à Bischheim parce qu’ils n’étaient plus conformes. La disponibilité de ces locaux nous a permis de réfléchir à l’hébergement de l’ensemble du matériel festivités. Ce sont les chapiteaux, les bancs, les tables, etc..., qui servent autant aux associations de Bischheim qui font leurs manifestations, qu’aux écoles qui font leurs kermesses. Nous avons souhaité faire des locaux pour ce matériel un peu éparpillé, de manière centralisée pour permettre plus de facilité dans son utilisation. C’est la raison pour laquelle nous vous proposons, pour un montant de 175 000 €, d’équiper ces locaux, de les fermer, de les isoler, de mettre une plate-forme, un monte-charge, de faire en sorte de pouvoir héberger au mieux le matériel que nous avons. Ces locaux serviront aussi aux personnes
qui ont en charge ce matériel, qui font les livraisons et qui ont souvent des activités nocturnes ou le dimanche et les jours fériés et qui sont toujours très disponibles pour les associations. C’est une aide que nous offrons gratuitement à toutes ces associations pour leur permettre de travailler de la manière la plus efficace possible. Nous vous proposons d’équiper ce bâtiment de la manière que je vous ai décrite.

M. SCHIMMER:
Nous ne doutons pas que ces locaux doivent être réaménagés. Nous avons néanmoins plusieurs questions à ce sujet.
- Quelles sont les associations concernées par l’accessibilité à ce lieu de stockage?
- Y a-t-il une possibilité de mise à disposition pour les associations Bischheimoises, et si oui, pourquoi n’y a-t-il aucune information à ce sujet en direction des associations?
- Si des associations profitent de ces locaux, je pense qu’il y en a, il y a lieu de quantifier cet avantage en nature pour celles qui en bénéficient, car cela représente, à notre avis, une forme de subvention supplémentaire et de ce fait une répartition inéquitable des sommes allouées par rapport aux autres.

M. HOERLE:
Je me fais un plaisir de répondre, surtout que j’ai l’impression d’avoir très mal présenté mon projet.

M. SCHIMMER:
Nous avons très bien compris.

M. HOERLE:
Non, non. Je n’ai pas dit que nous allions aménager des locaux pour les associations.

M. SCHIMMER:
Nous l’avons bien compris.

M. HOERLE:
Ne m’interrompez pas, Monsieur SCHIMMER. J’ai déjà beaucoup de mal à m’exprimer alors si, en plus, vous m’interrompez je n’y arriverai plus du tout. J’ai bien précisé que c’était des locaux qui étaient prévus pour héberger le matériel qui est mis à la disposition de l’intégralité des associations de Bischheim qui font des fêtes, des kermesses, des tournois sportifs, des courses de chiens. Ces gens là ont besoin de matériel.
Aujourd’hui, ce matériel est un peu éparpillé dans deux ou trois locaux. Nous avons pensé que les trois personnes qui ont en charge de livrer le matériel, de le rechercher, de le gérer, puissent faire leur travail de la manière la plus optimale, être efficaces au service de toutes les associations, pour loger ce matériel de manière sécurisée, nous pensons que nous avons ici un endroit où, avec un peu d’investissement raisonnable, nous pouvons arriver à faire quelque chose qui soit vraiment au service des associations. Ce bâtiment héberge aujourd’hui l’une ou l’autre association et la partie que je vous propose de réhabiliter pour être la plus efficace possible au service de nos associations. Voilà la manière dont j’aurais dû présenter ce projet.
Je ne l’ai peut-être pas fait, j’espère maintenant avoir pu éclairer le débat pour vous permettre de voter positivement en faveur de nos associations de Bischheim.

M. SCHIMMER:
De toute façon nous aurions voté pour, et comme vous le dites si bien, vous l’avez mal présenté ou je l’ai mal compris.

lundi 25 mai 2009

Conseil Municipal le 28 mai 2009

La prochaine séance ordinaire et publique du Conseil Municipal se tiendra le :

Jeudi 28 mai 2009
à 19 h 00

dans la grande salle du "CHEVAL BLANC" 2a avenue de Périgueux à BISCHHEIM.

Vous pouvez télécharger l'ordre du jour en cliquant ici .

vendredi 1 mai 2009

A propos de l'AG de l'OMSAL

... une "réunion sous tension" comme l'appelait les DNA, l'Assemblée Générale de l'OMSAL de vendredi dernier. Ce soir là, on nous a reproché de faire de la politique.

Nos propositions doivent être entendues dans une volonté de soutien aux associations. La gratuité de salle permet à une association d'organiser une manifestation et ainsi de participer activement à la vie de la cité. Il y a là un bénéfice non négligeable, un retour sur investissement pour la commune de BISCHHEIM.

Il est regrettable que la Présidente de l'OMSAL ait rabaissé le débat à des attaques personnelles et nominatives dans son rapport moral. Nous apprécions que dans la composition du nouveau Comité, elle accepte de reconduire Gérard SCHIMMER dans sa fonction de vice-président. Elle reconnaît ainsi qu'il n'a pas démérité dans cette fonction.

Il n'y a malheureusement, pas eu d'autre débat. La question de l'adhésion d'associations n'ayant pas son siège dans la commune mais oeuvrant à BISCHHEIM reste posée. Si l'on se réfère au PV de l'AG du 18.04.2008, cela devait faire l'objet d'une réflexion du Comité. Une fois de plus une association s'est vue refuser son adhésion sans autre forme de procès, sans débat. La liste intégrale des membres de l'OMSAL, à jour de cotisation, n'est pas publique et n'a pas été communiquée à l'Assemblée Générale.

Enfin, de dire que l'OMSAL est un organisme apolitique est juste. Certes ce n'est pas son objet.

Mais, rappelons que l'Office Municipal est principalement financé par des subventions votées en Conseil Municipal. Son Président est nommé par le Maire, qui lui reste néanmoins en responsabilité, et de plus, une dizaine de conseillers municipaux (8 de la majorité et 2 de l'opposition) sont membres du Comité après désignation lors du premier conseil de la mandature. Ainsi, le conseil municipal dans son intégralité est concerné par l'OMSAL et toute décision prise à son sujet est un acte politique.

Intervention au Conseil Municipal du 30.04.2009
Nicolas BOUYER
Conseiller Municipal

vendredi 24 avril 2009

Conseil Municipal le 30 avril 2009

La prochaine séance ordinaire et publique du Conseil Municipal se tiendra le :

Jeudi 30 avril 2009
à 19 h 00

dans la grande salle du "CHEVAL BLANC" 2a avenue de Périgueux à BISCHHEIM.

Vous pouvez télécharger l'ordre du jour en cliquant ici .

jeudi 2 avril 2009

Cahiers de Bischheim avril 2009

Lettre aux associations de Bischheim


Bischheim le 2 avril 2009


Madame la Présidente, Monsieur le Président,
Chère Madame, Cher Monsieur,

Lors du Conseil Municipal du 15 décembre 2008, (lire le procès-verbal du Conseil sur le blog http://changerbischheim.blogspot.com), nous avons de nouveau interpellé Monsieur KLEIN MOSSER, maire de Bischheim, sur les modalités d’utilisation des salles municipales et des équipements sportifs par les associations de Bischheim.

Nous réclamons depuis plusieurs années, comme cela se pratique dans la plupart des communes, une gratuité totale une fois par an pour chaque association bischhemoise.
Il est inconcevable aujourd’hui que les bénéfices des manifestations, obtenus d’ailleurs par une très forte mobilisation des bénévoles, servent à payer les frais de location et les charges des salles municipales et des équipements sportifs. En quelque sorte, les subventions versées d’un côté, sont reversées de l’autre à la Ville. Pour les compétitions sportives et l’utilisation du Parc des sports le comble est atteint quand l’utilisation est comptabilisée en nombre d’heures et non en forfait adapté à chaque manifestation.
Les postes de secours et les piquets incendie sont aussi devenus par obligation légale, une dépense supplémentaire à la charge des associations. Il n’est alors pas étonnant que les associations hésitent à organiser des manifestations et quand elles en organisent que l’équilibre financier soit difficile à atteindre.

Nous déplorons aussi que ces questions, et d’autres telles que la formation des cadres, les locaux associatifs, la communication ne soient pas prises en compte par l’OMSAL. Nous nous demandons aujourd’hui à quoi sert l’OMSAL ?

Nous ne pouvons pas nous satisfaire de cet état de fait qui s’est dégradé avec la fin du Messti, l’annulation du Cross, le manque de vitalité du Forum des associations - qui de plus cette année, malgré la demande de la majorité des associations de l’organiser en septembre 2009 (période d’inscription pour les activités des associations) aura lieu en juin, un vendredi, au mois de juin ! Nous ne comprenons pas non plus pourquoi, il ne se déroule pas, comme à Hoenheim et Schiltigheim, un samedi-dimanche, ouvert à tous les habitants.

De manière constante, les élus du groupe d’opposition PS-VERTS, soutiennent les demandes des associations, mais nous relevons aussi la faiblesse de leurs montants et surtout l’absence d’une réelle politique de soutien à la vie associative.

Toutes ces raisons, nous incitent à réclamer un débat sur la politique de la vie associative. Dans l’attente d’une prochaine rencontre, recevez nos salutations les plus cordiales.


Groupe des élus PS-Verts « Changer Bischheim »
Nicolas Bouyer, Laetitia Heizmann, Zoubida Naïli, Annie Romilly
Richard Sancho Andreo, Gérard Schann, Gérard Schimmer.

mardi 31 mars 2009

APPEL A MOBILISATION: DELIT DE SOLIDARITE Mercredi 8 avril à 10H devant le Palais de Justice à Strasbourg

Objectif chiffré de reconduites à la frontière pour 2010 : 28 000
Objectif chiffré d’interpellations d’aidants pour 2011 : 5 500
(source : Loi de finances 2009)

Si la solidarité devient un délit,
nous demandons à être poursuivis
pour ce délit !

Aujourd’hui, en France, il est devenu criminel d’accueillir, d’accompagner, ou seulement
d’aider une personne en situation irrégulière…..

Le 18 février 2009, à 7 h 45 du matin, la police frappe à la porte de Monique Pouille, 59
ans, bénévole aux Restos du cœur et à l’association Terre d’errance. Depuis deux ans et
demi, cette femme organise les dons de nourriture et d’habits pour les migrants qui errent
autour de Calais dans l’espoir de passer en Angleterre. Elle recharge aussi leurs portables.
Les policiers lui on dit : "on vient vous chercher pour vous mettre en garde à vue, pour
flagrant délit d’aide aux personnes en situation irrégulière".

L'interpellation le 16 février 2009 d'Hamid, un sans-papier accueilli par la
communauté Emmaüs de Marseille Pointe-Rouge, s'est transformée le 17 février 2009,
en opération policière dans cette communauté. Ainsi, sur décision du parquet de Marseille
une perquisition a eu lieu dans la dite communauté Emmaüs aux fins de recenser la
présence d'éventuels compagnons sans papiers.
Dans le même cadre, Kamel un responsable de la communauté a été mis en garde à vue
pendant 6 heures le 17 février.
Ces faits s’ajoutent à une liste déjà longue de militants associatifs ou de citoyens
ordinaires poursuivis pour avoir manifesté leur solidarité ou agi avec humanité à l’égard
de migrants privés du droit au séjour. Alors demain, quels gestes du quotidien seront
punis pour remplir les objectifs du Ministère de l’immigration ?
- Votre médecin sera-t-il interpellé pour avoir soigné un sans-papier malade, ou
votre facteur pour lui avoir distribué son courrier ?
- L’instituteur de vos enfants sera-t-il inquiété pour avoir appris à lire à un enfant
dont les parents sont en situation irrégulière ?

Nous sommes tous concernés : parce qu’ avant d’être « sans-papiers », ces hommes,
ces femmes et ces enfants sont des personnes en difficulté, isolées et démunies et il est
de notre devoir de citoyen de les aider dans la dignité et le respect dû à chaque être
humain.

Alors si la solidarité devient un délit, nous demandons à être poursuivis pour ce
délit !

Mercredi 8 avril 2009 devant les palais de Justice de Paris, Lille, Marseille,
Strasbourg, Lyon, Bordeaux, Toulouse, Rennes et dans plusieurs dizaines de villes
en France, nous serons 5 500 à nous présenter comme prisonniers volontaires,
affirmant avoir, un jour, aidé un homme ou une femme sans papiers en difficulté.
Nous serons 5 500 citoyens décidés à rester des «aidants» !
Si vous souhaitez participer à ces rassemblements, vous pouvez vous inscrire et signer
l’appel national sur le site

http://www.delinquants-solidaires.org/

Merci de diffuser cet appel autour de vous.

SOYEZ NOMBREUX A NOUS REJOINDRE





Mercredi 8 avril 2009 à 10 h
devant le Palais de Justice de STRASBOURG


gisti, groupe d’information
et de soutien des immigrés




















lundi 23 mars 2009

Conseil Municipal le 26 mars 2009

La prochaine séance ordinaire et publique du Conseil Municipal se tiendra le :

Jeudi 26 mars 2009
à 19 h 00

dans la grande salle du "CHEVAL BLANC" 2a avenue de Périgueux à BISCHHEIM.

Vous pouvez télécharger l'ordre du jour en cliquant ici .

jeudi 5 mars 2009

Un an après les élections municipales

Madame, Monsieur, chers habitants de Bischheim,

Nous avions pris l’engagement de vous présenter une fois par an le bilan de nos interventions et de nos actions en tant que élus. Nous vous invitons à une réunion publique ouverte à tous les habitants.

Depuis un an, la situation économique et sociale nationale et internationale s’est dégradée dépassant les crises précédentes. Cela exige de notre part encore plus de vigilance sur la gestion de notre Ville et sur la politique de la municipalité. Nous devons exiger que les dépenses engagées le soient pour l’intérêt du plus grand nombre et que le soutien au développement économique soit une priorité.

Réunion publique
Lundi 16 mars 2009
à 20h00
salle du Cheval Blanc
1, avenue de Périgueux à Bischheim


Groupe des élus PS-Verts « Changer Bischheim »
Nicolas Bouyer, Laetitia Heizmann, Zoubida Naïli, Annie Romilly, Richard Sancho Andreo, Gérard Schann, Gérard Schimmer.

jeudi 19 février 2009

Intervention au Conseil Municipal de BISCHHEIM du 19.02.2009

Monsieur le Maire,

Vous nous proposez un texte que vous intitulez : "position de la Ville face aux mesures de l'Education Nationale". Celui-ci amène plusieurs remarques de notre part.

Avant toutes choses, je précise que nous ne pouvons que souscrire à vos observations tant sur les fermetures de classes à l'école du Centre et à l'école de la République, les suppressions de postes à l'école élémentaire des Prunelliers, la motion sur le RASED (qui, je le rappelle, a également été votée par notre groupe) et le soutien au projet expérimental de lutte contre l'échec scolaire à l'école At Home.

Sur la forme, ce texte n'est pas signé et n'est visiblement pas soumis à un vote. Alors s'agit-il de la position du Maire de BISCHHEIM ou de l'Adjointe chargée de la vie scolaire et éducative ?

Sur le fond, je me permets de vous rappeler qu'ici même, le jeudi 22 mai 2008, je vous avais dit que nous ne pouvions pas simplement prendre acte de la suppression de deux postes d'enseignants dans les écoles élémentaires à Bischheim, comme vous nous le proposiez. L'école élémentaire des Prunelliers était alors déjà concernée. Nous vous avions proposé que le Conseil adopte une motion. Vous avez balayé d'un revers cette proposition pour passer au vote. Neuf mois plus tard, le temps d'une gestation, la Ville de BISCHHEIM semble découvrir qu'elle n'est pas épargnée par la suppression massive de postes dans l'Education Nationale.

Ce que vous dénoncez, à juste titre encore une fois, fermetures de classes, suppressions de postes et la suppression du RASED n'est pas le fait de l'Inspecteur Académique de Circonscription mais s'inscrit dans une politique nationale, celle du gouvernement de votre majorité.

Je remarque que vous n'évoquez pas le Service Minimun. Au cours de son interview télévisée du 05 février 2009, le Président de la République nous affirme, je cite, que «le service minimum ça marche». Alors qu'ici, à Bischheim, nous ne sommes pas encore arrivés à le mettre en place. Quelle est donc, Monsieur le Maire, votre position sur cette loi adoptée en plein été et sans concertation ? Voilà un bel exemple de la façon de faire du gouvernement.


J'attire également votre attention sur la suppression annoncée par Nicolas SARKOZY, le 2 juin 2008, des IUFM (Institut Universitaire de Formation des Maîtres) et programmée à travers la réforme concernant la "masterisation". Il n'y aura donc plus d'enseignants spécialisés pour former des maîtres. Comment les enseignants, en charge de classe de plus en plus importantes, pourront-ils appréhender la situation des élèves, leurs difficultés et y remédier sans formation spécifique?

Nous pensons que l'école doit rester un lieu de socialisation et que l'enseignement est un facteur d'égalité des chances. Aussi faut-il tout mettre en oeuvre pour y créer un environnement favorable au plein épanouissement de chacun, élèves et enseignants. Investir dans l'éducation des enfants c'est investir dans l'avenir.

Cela dit nous observons que plusieurs Ministres, et non des moindres, ont ajournées leur réformes, Monsieur DARCOS avec celle des lycées et Madame PECRESSE avec celle concernant l'université. Tous les deux ont enclenché la marche arrière face au mécontentement de leurs amis politiques, les députés UMP.

Alors oui, Monsieur le Maire UMP de BISCHHEIM nous ne pouvons que vous encourager à dénoncer les façons de faire de ce gouvernement qui impose des réformes sans concertation et d'entraîner avec vous le Député pour vous y aider.


Nicolas BOUYER
Conseiller municipal

mardi 17 février 2009

Information des enseignants du lycée Marc BLOCH

Aux parents d’élèves et/ou de futurs élèves

du lycée Marc BLOCH :


Nous, les enseignants du lycée Marc BLOCH, nous nous mobilisons en réaction à la diminution de la dotation horaire pour la rentrée 2009.

Ensemble, conjuguons nos efforts pour défendre la qualité de l’enseignement au lycée.

Dans un premier temps, une délégation d’enseignants et de représentants des parents d’élèves demande audience auprès du recteur, le mercredi 18 février 2009 à 17h30 au Rectorat, 6 rue de la Toussaint, Strasbourg.

Vous êtes invités à participer à la mobilisation devant le rectorat.

Dans un second temps, nous organisons une réunion d’informations destinée à l’ensemble des parents Vendredi 20 février 2009 à 18 heures

Salle Stahl de la Maison des Sociétés

1, rue de la Patrie 67300 Schiltigheim

Si vous êtes en accord avec cette démarche, veuillez transmettre ces informations à l’ensemble des parents. Nous comptons sur vous et vous remercions de soutenir cette démarche pour un enseignement de qualité pour tous.


DHG 2009 : compte rendu de délégation


Une délégation intersyndicale (SNES, SGEN, FO et UNSA) avec un membre du CA a été reçue pas M. le Proviseur le vendredi 30 janvier pour discuter de la DHG 2009, qui diminue de 142,25 heures.

Le rectorat prévoit la fermeture de 3 divisions. Comment justifie-t-il cette prévision ?

Au niveau des secondes, il prévoit 400 élèves, soit une seconde Art Appliqué et 11 secondes générales (moyenne de 34 élèves) au lieu de 13 cette année.

Au niveau des premières il prévoit une première L, au lieu de deux cette année.

Au niveau des terminales, il prévoit la disparition d’une terminale ES sur les quatre et une seule terminale L, alors qu’il y a 39 élèves dans les deux premières L et qu’on peut ‘attendre à des redoublements de terminales L actuels.

Quelles seront les conséquences sur les postes ?

- Suppression d’un poste en Anglais par mesure de carte scolaire.

- Suppression d’un poste en Mathématiques par le non remplacement d’un départ en retraite.

Quelles seront les conséquences sur les effectifs des classes ?

- Des secondes surchargées à 34 élèves en moyenne.

- Une terminale L à 39 élèves, ce qui pose des problèmes de sécurité, sans oublier bien sur la lourdeur pour les enseignants et les élèves

- Des effectifs en hausse dans les groupes de langues vivantes : 26 élèves en moyenne au lieu de 22 cette année.